Le Tunisien, même celui qui se considère comme faisant partie de l’élite, n’est pas mûr pour les débats d’idées. Ces débats tournent très vite à l’attaque personnelle voire à la diffamation et au mensonge pour dénigrer le vis-à-vis. Ces comportements sont souvent le fruit d’une incapacité à soutenir un dialogue et à affronter les idées par un argumentaire. La rhétorique est étrangère à notre environnement. Le glissement de cette violence morale à la violence devient alors dans l’ordre des choses. Et on parle de démocratie !.

By RL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wpChatIcon