Organiser l’élection de la constituante  le 24 juillet c’est rater un rendez-vous de la Tunisie avec l’Histoire. Ceux qui militent pour ces élections sans garantie alors qu’il savent bien que leur organisation dans des conditions minimum de transparence et de régularité est impossible dans un délai si court, ce sont ceux qui veulent transformer la révolution en réforme du système Ben Ali. La rupture et le tournant démocratique exigent des élections préparées selon un calendrier convenable qui respecte les contraintes techniques, logistiques, opérationnelles, etc. … La démocratie, la vraie, est une affaire sérieuse. Ce n’est pas un retapage ou un maquillage de la dictature. Certains, qui, d’ailleurs s’accomodaient même du discours du 13 janvier, et des gouvernements Ghannouchi ne nous étonnent pas aujourd’hui dans leur course haletante vers un pouvoir qui s’appuierait sur des jeux d’alliances alors que  la construction démocratique exige de mettre en place des mécanisme de gouvernance qui reflètent au mieux la volonté populaire et traduit les libres choix du peuple …

By RL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wpChatIcon